20/06/2019

Vacances d’été 2019 : moins de files d’attente malgré plus de passagers 31 policiers supplémentaires aux frontières, un meilleur guidage des voyageurs et davantage d’information

Etant donné que les temps d’attente aux contrôles passeports étaient excessivement longs l’année dernière, l’EuroAirport souhaite réduire de façon significative les files d'attente pendant la saison estivale de cette année. Ainsi, le nombre de policiers aux frontières a été augmenté de 31 personnes et de nouveaux systèmes d’orientation et d’information améliorent le guidage des passagers. Cet été, l’EuroAirport investit près d’un million d’euros pour réduire les temps d’attente.

L’EuroAirport se situant entièrement sur le territoire français, la décision de prolonger les contrôles aux frontières intérieures par le gouvernement français après les attentats terroristes fin 2015 s’y applique toujours. Contrairement à ce qui se passe dans les aéroports situés sur le territoire suisse, cela signifie concrètement que le contrôle des passeports est renforcé et prend plus de temps. Tous les passagers sont concernés, en particulier ceux qui entrent sur le territoire, qu’ils arrivent d’un pays de l’espace Schengen ou non.

Par le passé, le renforcement des contrôles aux frontières a entraîné parfois des temps d’attente trop longs, en particulier pendant la période des vacances d’été, notamment parce que le nombre de policiers aux frontières français pouvant effectuer les contrôles était limité dans toute la France, et donc également à l’EuroAirport.

Temps d’attente réduits grâce à 31 policiers supplémentaires aux frontières et d’autres mesures
 
Alors que chaque jour et en moyenne annuelle, environ 25 000 personnes utilisent l’EuroAirport, elles sont près de 35 000 pendant les vacances d’été. Cet été, l’EuroAirport attend près de 10% de passagers en plus par rapport à l’année passée. Toutefois, l’EuroAirport vise à réduire le temps d’attente aux contrôles passeport, en particulier à l’arrivée.

Première mesure : le nombre de policiers aux frontières a été augmenté de 31 personnes. La Police aux Frontières (PAF) française met à disposition 27 personnes supplémentaires, le Corps suisse des gardes-frontières (Cgfr) 4 employés supplémentaires. Lors des essais effectués pendant les week-ends de l’Ascension et de la Pentecôte avec plus de 3 000 passagers chacun, les longues files d’attente ont été en grande partie évitées et les temps d’attente de plus de 15 minutes ont été très rares. Cette réduction du temps d’attente satisfaisante sera encore renforcée cet été par la mise en place de nouvelles cabines de contrôle. Celles-ci rendront le processus de contrôle des passeports plus efficace et donc plus rapide. Les cabines de contrôle ont été développées en collaboration avec les polices française et suisse.

Meilleur guidage des passagers grâce à davantage de personnel, des zones d’attente et des technologies d’information

De son côté, l’EuroAirport optimise le guidage des voyageurs à l’Aéroport, pour éviter autant que possible les embouteillages. Afin de coordonner les flux de passagers, quatre superviseurs collaborent désormais avec plusieurs employés temporaires de l’EuroAirport. Si des bouchons au contrôle des passeports sont à prévoir, les passagers pourront attendre dans les zones d’attente spécialement aménagées. L’objectif est d’améliorer le confort. De plus, des écrans et des systèmes audio modernes fournissent les informations importantes aux passagers et à leurs proches et amis venus les attendre dans la zone d’arrivée. Pour réduire les files d’attente cet été, l’EuroAirport investit au total plus d’un million d’euros dans les aménagements et le personnel.

10 sas automatisés pour le contrôle d’identité dès 2020

Dès l’an prochain, des sas automatisés pour le contrôle d’identité seront mises en service à l’EuroAirport. L’objectif est de réduire encore la charge de travail des policiers aux frontières et de rendre les contrôles aux frontières globalement plus efficaces. Cinq sas automatisés sont prévus respectivement à l’arrivée et au départ. Ces nouveaux dispositifs de contrôle seront adaptés aux besoins de l’EuroAirport. Dans un premier temps, les sas de contrôle automatisés de contrôle d’identité seront déployés par les autorités françaises, puis équipés par la suite pour les autorités suisses.