FAQ > FAQ Environnement > FAQ ILS 33


  1. Pourquoi les avions ne peuvent-ils pas toujours atterrir par le Nord ?

    Selon les recommandations internationales de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), les avions doivent se poser en piste 33 (par le Sud) dès lors que la composante de vent arrière atteint 5 noeuds pour les avions qui se présentent sur la piste principale 15 (par le Nord).


  2. Pourquoi n’avions-nous pas d’atterrissages par le Sud par le passé ?

    Il y a toujours eu des atterrissages par le Sud. Seule la procédure a changé. En effet, par le passé, les avions suivaient une procédure d’approche de manœuvre à vue à basse altitude au-dessus de zones habitées et qui présentait des limites importantes en termes de sécurité et d’environnement. Cette procédure a été remplacé par une procédure de précision (ILS33) depuis le 20 décembre 2007.


  3. Il fait beau et il n’y a pas de vent. Pourtant l’ILS 33 est en service !

    L’Aviation Civile reçoit les données de vent en temps réel mesurée sur la plateforme aéroportuaire ainsi que des prévisions par les services météorologiques. Les données de vent mesurées à l’aéroport sont disponibles ici. Ces valeurs peuvent fortement varier d’un endroit à l’autre.


  4. Selon les données publiées sur le site de l’aéroport, il n’y a pas de vent. Pour quelle raison y a-t-il tout de même des atterrissages 33 ?

    La composante de vent arrière est la valeur déterminante. Elle est issue de la décomposition du vent latéral et du vent arrière. (Exemple : Pour une force de vent de 8 noeuds d'une direction de 290 °, la composante de vent arrière est supérieure à 5 noeuds par rapport à l’axe de la piste pour les atterrissages par le Nord qui est de 160°.)


  5. Pourquoi le sens d’atterrissage n’est-il pas immédiatement changé lorsque le vent diminue ?

    Chaque changement d’utilisation de la piste a pour conséquence directe la réorganisation de l’espace aérien pour les avions en phase d’approche ou de décollage. Afin d’assurer la sécurité des vols, des tels changements à court termes, et en particulier lorsque le trafic est dense, ne sont pas souhaités. Par ailleurs, il faut aussi tenir compte des prévisions météorologiques pour les heures suivantes.


  6. Le taux d’utilisation de la piste 33 à l’atterrissage est supérieur à 8%. L’accord du 10 février sur les modalités d’utilisation de cette procédure n’est pas respecté. Que signifie cette règle ?

    Les statistiques des années précédentes montrent de fortes variations météorologiques d’une saison à l’autre. Ainsi, le bilan des atterrissages par le Sud n’est-il pas calculé pour chaque mois mais pour toute l’année. Dans le cas où le taux dépasse 8%, une analyse plus approfondie sera menée par les autorités de l’Aviation Civile.


  7. Quelle est la trajectoire empruntée pour les atterrissages via l’ILS 33? Quelle est la hauteur de survol ?

    L’Aviation Civile guide les pilotes à l’aide du radar dans la région sud du Jura. Là commence l’approche de précision avec l’ILS 33 à une hauteur minimale de 1700m au-dessus du niveau de la mer (exemple de tracés radar d'une journée type). L’atterrissage suit un palier puis un plan de descente d’un angle de 3.5° suivant l’axe de la piste 33. Les hauteurs de survols de Balsthal sont d’environ 1100 m/sol, d’environ 700m/sol pour Birstal et d’environ 300m/sol au-dessus de Binningen et d’Allschwil.


  8. Pourquoi ne peut-on pas décaler la trajectoire de quelques mètres ?

    L’ILS 33 est défini par la direction de la piste (330°) et une angle de descente de 3.5° . Cette définition respecte les standards internationaux imposés par de l’OACI.


  9. Quelle est la précision de vol des appareils suivant le faisceau de l’ILS?

    L’analyse des tracés radars montrent que les pilotes suivent la trajectoire avec une grande précision ( au niveau de Birstal, les écarts peuvent atteindre environ 100m)


  10. Pour quelle raison certains vols semblent-ils plus bas que d’autres ?

    Ces différences proviennent d’une part de la différence des types d’avions. Ainsi, un avion plus gros semblera plus bas qu’un petit avion. Par ailleurs, les observations sont parfois erronées en fonction du rapport de l’observateur par rapport à l’horizon. Ainsi selon que l’on regarde un avion « toucher » la cime des arbres ou disparaître derrière un immeuble, l’impression ne sera pas la même.


  11. Quels sont les horaires de couvre-feu ?

    Les avions de fret et passagers réguliers peuvent décoller entre 06h00 et 24h00 et atterrir entre 05h00 et 24h00. Certaines catégories bien déterminées (vols charter, aviation générale, etc.) ont des restrictions complémentaires.
    En savoir plus